Actualité 2021

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (25/11/2019)

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la Justice, se rendra lundi 26 novembre au cinéma Le Louxor à Paris (18e) pour assister à la projection du film yéménite « Moi, Nojoom, 10 ans divorcée », en présence de la réalisatrice Khadija Al-Salami. La projection sera suivie d’une table ronde sur les mariages forcés et l’excision.



La lutte contre les mariages forcés concerne aussi des jeunes filles qui vivent en France. Parce que ces jeunes filles et femmes souffrent souvent en silence, et ne savent pas toujours vers qui se tourner pour les aider, il est essentiel de mettre dans la lumière ces situations.

Au travers de la projection du documentaire « Moi Nojoom, 10 ans, divorcée », le ministère de la Justice salue l’engagement de sa réalisatrice Khadija Al-Salami ainsi que de tous les acteurs (associations, élus, professionnels de l’aide aux victimes, magistrats, enquêteurs, avocats…) qui apportent quotidiennement leur soutien à ces victimes.

Film « Moi, Nojoom, 10 ans divorcée », de la réalisatrice Khadija Al-Salami

Beaucoup a déjà été fait :



  • L’ordonnance de protection qui permet au juge aux affaires familiales de protéger la femme victime de violences et d’évincer son conjoint hors du domicile conjugal,
  • La loi du 5 août 2013 qui a permis de réprimer les manœuvres visant à conduire des jeunes filles à l’étranger pour les forcer à y conclure des mariages forcés,
  • La loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, le soutien aux associations d’aide aux victimes et aux CIDFF.

Il faut poursuivre nos efforts. Au-delà du cadre normatif déjà très complet, le ministère de la Justice est pleinement mobilisé aux côtés des autres acteurs afin de favoriser un travail collectif :

  • Améliorer la formation conjointe des magistrats et enquêteurs,
  • Encourager la conclusion au niveau local de projets de juridiction associant l’ensemble des partenaires,
  • Développer le stage de sensibilisation des conjoints violents.

Prévenir, former, agir ensemble, afin de dire définitivement NON au OUI forcé.

Elisa

Diplômée d'un Master 2 en droit pénal à l'Université de Rennes, je suis très impliquée dans la défense des droits fondamentaux et dans les conditions d'incarcération. Je poursuis actuellement des études pour finaliser ma formation d'avocat pénaliste.

Voir les commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque*