Actualité 2021

Lutte du gouvernement contre les marchands de sommeil

La lutte contre les logements insalubres est une priorité du Gouvernement. A ce titre, il met en place des moyens inédits pour lutter contre ces phénomènes. Nicole BELLOUBET, Garde des Sceaux, ministre de la Justice et Julien DENORMANDIE, ministre chargé de la Ville et du Logement, se sont rendus à Pierrefitte-sur-Seine afin d’annoncer le dispositif de renforcement de la lutte contre les logements insalubres.



Cette politique engage des actions selon plusieurs axes complémentaires des services de l’État, des collectivités, des professionnels et associations : l’accompagnement des propriétaires pour la rénovation durable de leur logement, des mesures incitatives et des aides financières directes, mais également des mesures coercitives et pénales à l’encontre des propriétaires indélicats et des marchands de sommeil.

Les ministres ont ainsi signé la circulaire

relative au renforcement et à la coordination de la lutte contre les logements insalubres. La coordination entre les procédures administratives et l’action des procureurs va être renforcée au sein des pôles départementaux de lutte contre l’habitat indigne. Ces pôles devront établir avant le 30 avril 2019 des plans départementaux qui vont fixer des objectifs chiffrés annuels en matière de lutte contre les logements insalubres.

Cette circulaire prévoit aussi la mise en place de groupes locaux de traitement de la délinquance dédiés à la lutte contre les logements insalubres (GLTD-LHI), de manière prioritaire sur six territoires d’accélération, les plus exposés à cette problématique (la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, l’Essonne, le Nord, les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône).

Lutte du gouvernement contre les marchands de sommeil

Impulsé par la loi ELAN (loi pour l’Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, du 23 novembre 2018), le renforcement de la lutte contre les logements insalubres passe par des mesures de simplification des procédures de redressement des copropriétés dégradées et des sanctions sans précédent contre les marchands de sommeil :



  • La présomption de revenus tirés des activités frauduleuses,
  • La confiscation systématique de leurs biens et des indemnités d’expropriation,
  • L’impossibilité d’acquérir de nouveaux biens pendant 10 ans au lieu de 5 ans auparavant, notamment aux enchères,
  • L’obligation pour les syndics, les agences immobilières de les dénoncer.

De plus, à partir du 1er février 2019, les astreintes à l’encontre des propriétaires qui ne font pas les travaux seront systématiques et élargies à toutes les polices spéciales. Elles seront désormais versées aux collectivités compétentes en charge de la détection de ces situations. Le Gouvernement a missionné le député Guillaume VUILLETET qui devra établir des propositions de simplification des procédures. Ses propositions seront rendues fin mai. Ces simplifications permettront de faire aboutir les procédures plus vite et en plus grand nombre.

Des moyens supplémentaires sont consacrés par Nicole BELLOUBET et Julien DENORMANDIE à la lutte contre les logements insalubres à travers l’augmentation générale du budget de la Justice et 14 millions d’euros de plus à l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) pour intervenir plus massivement sur les 6 territoires d’accélération. Cette action est complétée par le programme de rénovation des copropriétés dégradées et de rénovation des centres villes, sont le budget global est de 18 Milliards d’euros.

Nicole BELLOUBET et Julien DENORMANDIE soulignent également l’importance du protocole signé entre l’EPFIF (Etablissement Public Foncier d’Ile-de-France) et Action Logement en vue de la création prochaine de la société de portage (Société Immobilière et Foncière Action Logement – EPF Ile de France – SIFAE).dont la mission sera d’endiguer le phénomène des divisions pavillonnaires en rachetant les pavillons avant un marchand de sommeil. Dotée de 40 millions, elle permettra de traiter 100 pavillons par an.

«La lutte contre l’habitat indigne est aussi et surtout un devoir constitutionnel qui nous oblige envers tous nos concitoyens » a déclaré Nicole BELLOUBET.

 « Il n’y a pas que la rue qui tue, le mal logement aussi » souligne Julien DENORMANDIE « avec ce dispositif, nous renforçons les moyens financiers et mettons en place un arsenal juridique renforce ».

L'équipe de la rédaction

La rédaction du site Juristique rassemble des spécialistes du droit, des ressources humaines, de la fiscalité afin de répondre aux besoins des entreprises. Nous publions régulièrement des articles de fond et d'actualité.

Voir les commentaires

  • Bonjour,
    La mesure est ridicule "Dotée de 40 millions, elle permettra de traiter 100 pavillons par an". C'est une annonce en réponse à l'émotion, bien écrite, qui sera peut-être appliquée la première année mais passera à la trappe dès que le vent médiatique soufflera ailleurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque*