Modèle de lettre de demande de congé pour création d’entreprise

Le congé pour création d’entreprise est actuellement régi par les articles L. 3142-78 et suivants et L. 3142-96 et suivants du Code du travail tels que modifiés par la loi du 1er août 2003.

L’ouverture du droit au congé pour création d’entreprise

Tout salarié peut bénéficier d’un congé pour création d’entreprise, dont l’objet est de créer ou de reprendre (soit à titre individuel soit dans le cadre d’une société coopérative ouvrière de production) une entreprise industrielle, commerciale, artisanale ou agricole, et d’en exercer effectivement le contrôle. Ce congé se traduit donc par une absence non rémunérée de l’entreprise et par une suspension du contrat de travail prise à l’initiative du salarié.

Pour ce faire, ce dernier doit justifier d’une ancienneté d’au moins vingt-quatre mois, consécutifs ou non, dans l’entreprise ou dans le groupe auquel appartient l’entreprise. Ce droit est ouvert quand bien même le salarié aurait déjà bénéficié d’un autre congé, tel qu’un congé sabbatique.

La procédure

Le salarié, qui désire exercer ce droit dont la durée est fixée à un an renouvelable une fois, doit informer son employeur par lettre recommandée avec avis de réception ou par lettre remise contre décharge au moins deux mois (délai modifié par la loi du 1er août 2003) avant la date envisagée de son départ. Il doit alors indiquer l’activité de l’entreprise qu’il souhaite créer ou reprendre, ainsi que la durée envisagée du congé. En cas d’irrespect de ce délai, l’employeur peut alors refuser le départ en congé. Tant que le congé n’a pas débuté, le salarié a aussi la possibilité d’y renoncer, sous réserve de justifier d’un motif légitime inconnu lors de la demande faite à l’employeur, condition exigée par la jurisprudence.

Exemple de lettre de demande de congé pour création d'entreprise
Exemple de lettre de demande de congé pour création d’entreprise

L’employeur peut reporter le départ en congé du salarié, soit de manière discrétionnaire dans la limite de six mois courant à compter de la demande de congé, soit pour limiter le nombre d’absences simultanées dans l’entreprise au titre du même congé ou du congé sabbatique. Ainsi, dans les entreprises d’au moins 200 salariés, le départ peut être différé, si le pourcentage des salariés absents de l’entreprise dépasse 2 % de l’effectif total de l’établissement, jusqu’à ce que cette condition de taux soit remplie. Dans les entreprises de moins de 200 salariés, le départ peut être retardé si l’employeur estime, après consultation des représentants du personnel, que l’absence du salarié peut avoir des conséquences préjudiciables pour l’entreprise. Il doit alors motiver sa décision. Dans les deux hypothèses, l’employeur doit communiquer son refus au salarié par lettre remise en main propre ou par lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de trente jours à compter de la demande du salarié. A défaut de réponse dans les délais, son accord est réputé acquis.

Le salarié ne dispose d’aucun recours contre une décision de report émanant de son employeur, hormis l’hypothèse où le report injustifié aboutit à le priver de ce droit. Dans ce cas, l’employeur peut se voir ordonner d’accéder à la demande du salarié à la date qu’il avait choisie. En revanche, le refus peut être contesté devant le Conseil de prud’hommes dans les 15 jours qui suivent la réception de la lettre de l’employeur.

La fin du congé pour création d’entreprise

Trois mois avant la fin de son congé, le salarié doit informer son employeur de ce qu’il souhaite faire à la fin de son congé : il peut, en effet, soit réintégrer l’entreprise, soit rompre son contrat. Sa décision doit revêtir la forme d’une lettre recommandée avec avis de réception. L’irrespect de ce délai n’équivaut pas à sa démission.

En cas de retour dans l’entreprise, le salarié retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une même rémunération. Si les techniques ou les méthodes de travail ont changé, il peut alors bénéficier d’une formation professionnelle. Il est précisé que le salarié ne peut invoquer aucun droit à être réemployé avant la fin du congé.

S’il décide, au contraire, de rompre son contrat de travail, aucun délai de préavis n’est dû, ainsi qu’aucune indemnité de rupture.

L’employeur peut également refuser de réintégrer le salarié. Dans ce cas, il doit procéder au licenciement du salarié, qui a alors droit à des dommages et intérêts et à l’indemnité de licenciement.

Exemple de lettre de demande de congé pour création d’entreprise

<Prénom et nom>
<Vos coordonnées>
<Téléphone fixe / mobile / courriel>

<Raison sociale de votre entreprise>

<Adresse de l’entreprise>

<Ville>, le <Date du jour>

Par lettre recommandée avec accusé de réception,
N° de l’AR : <A reporter>

Objet : demande de départ en congé pour création d’entreprise

Madame, Monsieur,

Conformément aux articles L. 3142-78 et suivants et L. 3142-96 et suivants du Code du travail, je souhaiterais pouvoir bénéficier d’un congé pour création d’entreprise, lequel commencerait le <A compléter> pour se terminer le <A compléter>, aux fins de créer (ou : de reprendre) une entreprise dont l’activité serait la suivante : <A compléter> (nature de l’activité).

Dans l’attente de connaître votre décision, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de ma considération distinguée.

<Nom et prénom>
<Signature>

Pour utiliser et personnaliser ce modèle de lettre de demande de congé pour création d’entreprise, il vous suffit de faire un « Copier-coller » du texte de cet article dans votre traitement de texte (Microsoft Word ou Writer d’Open Office). Vous pouvez également télécharger gratuitement notre modèle, ici : modèle de courrier de demande d’un congé de création d’entreprise au format PDF.

Autres modèles de lettre pour le congé de création d’entreprise

Photo of author

Laurence

Spécialisée en droit social, je rédige des modèles de lettres de motivation, des contrats, des formulaires Cerfa et des attestations. J'aide à mettre en valeur les Curriculum Vitae des personnes en recherche d'emploi. J’interviens également dans les entreprises et les administrations pour renforcer et dynamiser la politique des ressources humaines.

Laisser un commentaire

A propos

Créé en 2012, le site Juristique.org est une plateforme en ligne dédiée à fournir des informations juridiques claires, accessibles et fiables pour répondre aux besoins diversifiés de ses utilisateurs. Que vous soyez un professionnel du droit, un étudiant en droit, demandeur d'emploi ou un salarié recherchant la dernière grille des salaires 2024, notre site a pour ambition d’être une ressource incontournable.


Articles les plus consultés

Barème des indemnités kilométriques 2024

Calendrier d’actualisation de Pôle Emploi 2024

Le Smic 2024 pour 35h et 39h

Modèles de lettre de motivation à télécharger gratuitement

Modèle de note de frais sous Word et Excel

Formulaires Cerfa, attestations et procurations à télécharger

Le calendrier des vacances scolaires 2024

Outils en ligne

Comment calculer la mensualité d'un prêt avec Excel ?

La durée du travail en France (35h / 39h) et les heures supplémentaires

Modèle d'attestation employeur

Modèles de formules de politesse pour conclure une lettre

Modèle de promesse d’embauche pour un futur salarié

Le calendrier des vacances scolaires 2025

Réseaux sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour rester informé des dernières mises à jour juridiques.

Recherche et navigation

Naviguer sur Juristique.org est simple. Utilisez notre barre de recherche pour trouver des informations spécifiques, parcourez nos catégories thématiques ou explorez nos guides pratiques pour obtenir des conseils détaillés.